Actualités

Dernière actualité

Article publié le 21 mars 2024

Attirer et fidéliser les bons talents, un enjeu majeur pour toute entreprise !

Depuis quelque temps maintenant, on entend très régulièrement les dirigeants d’entreprise nous dire qu’il est difficile d’attirer des 'bons profils' mais qu’il est également difficile de les conserver sur le long terme...

Faire carrière dans une même entreprise n’est plus la norme.

Le marché de l’emploi est devenu beaucoup plus mobile et impose désormais aux dirigeants de s’adapter et d’être créatif afin d’assurer une expertise qualitative et pérenne de leur entreprise.

Certains critères clés, pour choisir/accepter un poste, reviennent bien souvent de la part des candidats tels que l’appartenance à une culture d’entreprise, une ambiance agréable (télétravail, team building, ...), une vision stratégique, un environnement permettant l’expression, l’échange et l’évolution (via des possibilités de formation, de changement et d’évolution de fonction par exemple)...

Alors comme dirigeant d’entreprise une question se pose. Dans un marché concurrentiel, quels sont les incentives plus novateurs et attractifs que les avantages dits classiques (comme l’assurance groupe, l’assurance hospitalisation, les chèques repas, les écochèques, l’indemnité Internet et/ou d’électricité, une voiture, un vélo électrique, un budget mobilité, ...) qui vont permettre de se démarquer et de faire la différence ?

Voici un aperçu de quelques « pistes d’avantages non récurrents » :

  • Le bonus salarial CCT n° 90

    Ce bonus permet de récompenser des travailleurs qui atteignent certains objectifs collectifs déterminés préalablement. Cet avantage bénéficie d’un régime social et fiscal spécifique, plus attractif qu’un bonus classique.

    Une exonération de cotisations ordinaires de sécurité sociale s’applique jusqu’à un plafond de 4 020 EUR par travailleur en 2024.
    Notez toutefois que le travailleur paie une cotisation de solidarité de 13,07%, et que vous devez payer une cotisation patronale spéciale de 33% en tant qu'employeur (déductible à titre de frais professionnels).

    Le bonus salarial est exonéré d'impôt des personnes physiques jusqu’à un plafond de 3 496 EUR par travailleur en 2024.
  • Une prime bénéficiaire

    Dans le cas où cette prime est prévue au sein de l’entreprise, et que l’entreprise réalise du bénéfice, la prime s’ajoute au package salarial des travailleurs et correspond à un montant ou à un pourcentage de leur salaire. Elle est octroyée en espèce et doit être proposée collectivement, à l’ensemble des travailleurs de l’entreprise.

    Tant sur le plan fiscal qu’au niveau parafiscal, l’octroi d’une prime bénéficiaire est soumise à un régime favorable :

    Cotisations sociales du travailleur : 13,07% (pas de cotisations patronales) Impôts du travailleur : sous forme d’une retenue de précompte mobilier de 7%
  • Un plan de warrants

    Il est possible, via une institution financière, de proposer un bonus sous forme d’un plan de warrants (= options sur actions cotées en Bourse) à un travailleur. S’il l’accepte, libre à lui de décider du timing de revente.

    Le grand atout fiscal est que ces warrants ne sont pas soumis à l’ONSS et sont déductibles pour l’entreprise (comme charges salariales). L’impôt quant à lui (précompte professionnel) est d’application.



Nos actualités thématisées (archives)